Menu

Un zoo dans le centre de Bruxelles

Graphiste de formation, Yolande Morren (née à Leuven en 1959) souhaite que, tout comme les grandes capitales européennes, Bruxelles ait son propre zoo. Entretien. Découvrez les plus de 300 projets pour Bruxelles soumis a la plateforme et votez pour votre préférés du 9 au 20 mai. 

 

Zoo de BXL logo

 

Comment vous est venu votre idée de projet ?

J’ai remarqué que cette partie de Bruxelles, avec ses grandes tours, est un peu tristounette, surtout le week-end. Et cette esplanade de la Cité Administrative est inutilisée. Mélanger ce lieu austère avec un parc animalier serait très surréaliste, par la confrontation de l’hypermodernité et de l’univers sauvage.

 

Pourquoi avoir choisi le quartier de Notre-Dame-aux-Neiges pour implanter votre idée ?

La Rue Royale est majestueuse. C’est un lieu de passage obligé entre le bas et le haut de la Ville, pourtant peu ou mal utilisé.

 

Comment votre projet renforcera-t-il l’attractivité et l’identité du quartier ?

Ce projet attirera les curieux, les familles et les touristes qui prendront du temps à redécouvrir ce quartier, grâce à ce zoo étonnant. Cela boostera aussi l’attractivité du Jardin Botanique qui pourrait devenir une annexe au zoo et dans lequel on y installerait les oiseaux exotiques, les terrariums géants, etc. Pour relier les deux espaces, pourquoi ne pas créer un tunnel sous le boulevard du jardin Botanique, dans lequel on trouverait des aquariums et toute la faune marine.

 

À qui votre projet est-il destiné ?

À tout le monde et surtout aux familles.

 

Qu’apportera votre projet à Bruxelles?

Enfin un vrai zoo dans la capitale de l’Europe. Alors que la plupart des capitales ont leur zoo.

 

Si vous deviez proposer un autre projet, quel serait-il?

Un projet d’envergure pour tous les Bruxellois et qui serait une plateforme d’essai au niveau régional avant d’être appliqué à toute la nation si cela fonctionne : « La carte Bella Vita » offerte à tous les résidents majeurs de la capitale, et qui offre un revenu mensuel de 1000 euros, peu importe que l’on travaille ou non. Cette carte, non convertible en argent liquide, sert à payer les frais ménagers (achats, loyers, charges, frais scolaires et médicaux, etc) d’usage durant 1 mois. À l’issue du moi, le solde de la carte tombe à 0 (même s’il restait de l’argent dessus). Le premier jour du mois suivant, 1000 nouveaux euros y sont réinjectés, et ainsi de suite. Grâce à la Bella Vita, la précarité serait endiguée et l’économie relancée.

 

Découvrez le projet de Yolande ici.

 

Share this Post!

About the Author : n.lewis


0 Comment

Related post

  TOP