Menu

Remettre le citoyen au centre à Notre-Dame-aux-Neiges

Aurélie propose un festival-salon des libertés dans le quartier Notre-Dame-aux-Neiges. Découvrez plus de 300 projets pour Bruxelles soumis sur la plateforme et votez pour vos/votre projets préféré(s) du 9 au 20 mai. 

 

DSC_0311

 

Comment vous est venue votre idée de projet ?

Je m’intéresse à l’entrepreneuriat et, il y a 6 mois environ, l’idée d’organiser des événements par et pour les citoyens m’est venue. Puis les actualités et difficultés que l’on connait m’ont encore plus donné l’envie d’agir pour créer la rencontre et susciter le dynamisme.

 

Avez-vous participé à un des ateliers créatifs organisés dans les 10 quartiers ?

Oui, j’ai participé à un workshop, non pas celui du quartier deux sources de préoccupations quand on se lance dans un projet. Notre-Dame-aux-Neiges car je n’étais pas disponible mais celui de la Grand-Place, un quartier auquel je suis également attachée et pour lequel j’ai aussi soumis des idées. J’y suis allée sans trop savoir à quoi m’attendre, principalement portée par la curiosité pour une initiative hors du commun. Ce sont surtout les idées, les énergies, les échanges, les valeurs qui m’ont marquée lors de cette soirée. Cela m’a convaincue de poursuivre mon projet mais aussi de tenter ma chance ici car le financement et l’adhésion du public restent toujours.

 

Pourquoi avoir choisi le quartier Notre-Dame-aux-Neiges pour implanter votre idée ?

En réalité, j’ai découvert que ce quartier portait le nom de Notre-Dame-aux-Neiges en m’informant sur l’initiative Make.Brussels. J’ai donc commencé à m’y intéresser avec plus d’attention et j’ai rapidement considéré ce quartier comme une évidence pour la mise en place de mon idée. Ce quartier dynamique, central et international, est aussi appelé « le quartier des libertés ». Quel autre quartier proposé pourrait mieux convenir pour un événement qui veut remettre le citoyen au centre ? De plus, ce quartier offre des espaces magnifiques, spacieux, esthétiques qui sont pourtant rarement exploités par la Ville en termes d’événements.

 

Comment votre projet renforcera-t-il l’attractivité et l’identité du quartier ?

Ce quartier est particulièrement animé en semaine mais l’est moins en soirée et pendant les week-ends. Cela reste un endroit de passage, avec beaucoup de trafic, et pourtant il cache des merveilles. Un événement comme celui-ci permettrait de faire connaître davantage le quartier, son architecture, ses commerces, son charme, son histoire… Le valoriser sans pour autant le dénaturer car son atmosphère tranquille et son côté atypique en font bien sûr aussi toute sa beauté. Comme le quartier est composé de plusieurs places, chacune d’entre elles pourrait mettre à l’honneur une thématique spécifique autour d’un thème plus général défini annuellement, et d’une place à l’autre se trouverait un parcours, comme un liant, un fil conducteur.

 

À qui votre projet est-il destiné ?

De par son essence, ce projet est véritablement destiné à tout le monde. Je suis profondément convaincue que les gens ont besoin et envie de partager, de se rencontrer, de comprendre, d’agir. Un tel événement constituerait une impulsion, un rendez-vous, un symbole, à l’heure où les gens ont plus que jamais besoin de croire en Bruxelles et en l’avenir. Je pense que le succès de Make.Brussels le démontre d’ailleurs également. Nous sommes nombreux à avoir envie de faire bouger les choses mais à nous sentir dans le même temps fort impuissants. Lorsque les occasions et les moyens nous sont donnés d’agir, nous répondons présents.

 

Qu’apportera votre projet à Bruxelles ?

Le festival a pour objectif de mettre en place une multitude d’animations : l’échange de culture entre locaux et expatriés, la rencontre avec un artisan au métier oublié, la projection d’un film suivie d’un débat de société, le témoignage d’un habitant du quartier depuis un nombre de générations, l’intervention d’un philosophe ou écrivain, la présentation d’un projet photo sur le quartier, un workshop créatif autour du thème de la liberté, un studio photo où les gens seraient amenés à sympathiser… Les idées ne manquent pas ! À l’image des concerts, des matchs de football, des brocantes, un tel événement serait une occasion de faire tomber les barrières et de se rencontrer l’esprit ouvert et enjoué. J’imagine l’événement s’étendre sur plusieurs jours et proposer un agenda composé d’une multitude d’animations, de stands, de workshops. Cela ressemblerait à un festival-salon des libertés.

 

Si vous deviez proposer un autre projet, quel serait-il ?

En réalité, j’ai déjà proposé d’autres projets dans le cadre de Make Brussels. Très différents de celui-ci mais tout aussi passionnants.

J’évoquais plus haut le workshop du quartier de la Grand Place. Voici un projet soumis pour cet autre quartier.

 

Découvrez le projet d’Aurélie ici.

Share this Post!

About the Author : n.lewis


0 Comment

Related post

  TOP